Macarons

Macaron spéculoos myrtille

Macaron spéculoos myrtille

Cette recette de macarons aux spéculoos et aux myrtilles, je l’ai imaginée lors du premier concours de macarons auquel j’ai participé. Je souhaitais un macarons à la fois gourmand, d’où les spéculoos, et fruité, donc aux myrtilles. Ce ne sont pas des saveurs habituelles pour un macarons ni des saveurs qu’on a l’habitude de marier. Pourtant les deux s’associent extrêmement bien ! Le fait de garder les fruits entiers, ici les myrtilles, sans les transformer en crémeux ou gelée permet d’avoir une texture de mâche supplémentaire mais surtout d’avoir une vraie fraîcheur en bouche à la dégustation. Et la crème de spéculoos se mangerait volontiers seule à la petite cuillère ! D’ailleurs si vous avez la flemme de la réaliser, vous pouvez tout simplement la remplacer par de la pâte à tartiner au spéculoos, la texture est très similaire et vos macarons spéculoos myrtilles feront aussi fureur !

Macaron spéculoos myrtille

Imprimer la recette
Quantités: 20 Temps de cuisson: 5 minutes

Ingredients

  • 200g de spéculoos
  • 50g de chocolat blanc
  • 100g de crème liquide entière
  • 40 myrtilles

Préparation

1

Réduire les spéculoos en poudre. Pour cela deux méthodes : le robot mixeur ou à l'ancienne avec les spéculoos placés dans un torchon ou un sac congélation et on les écrase en tapant dessus au rouleau à pâtisserie. Bourrin mais efficace !

2

Faire fondre le chocolat blanc.

3

Pendant ce temps, faire bouillir la crème liquide.

4

Verser un tiers de la crème liquide sur le chocolat blanc en remuant énergiquement pour créer une émulsion. Procéder de même pour le 2ème et le 3ème tiers.

5

Verser ce mélange sur les spéculoos et mixer le tout. Placer la crème aux spéculoos au frais 2 heures minimum.

6

Placer la crème aux spéculoos dans une poche munie d'une douille lisse et en garnir les coques de macarons. Enfoncer deux myrtilles au milieu et refermer.

7

Placer les macarons spéculoos myrtille au frais toute une nuit avant de déguster.

Vous aimerez peut-être...

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire